L’ Euro Million

Stenay, une petite ville tranquille, dans la Meuse
Gabriel, le père, jeune retraité de l’ Education Nationale.
Sonia, sa fille.
Luc, son fils.

 

Sonia : Eh bien Papa, que se passe-t-il? Tu nous convoques par sms, maintenant ?

Luc : Tu vas bien? Rien de grave?

Gabriel (triomphant) : Mes enfants, j’ai gagné à l’euro million !
143 000 euros !

Sonia : Mais… alors… tu joues à la loterie ? Toi ?

Gabriel : Oui, mais c’est la première fois. Avec les numéros que j’ai joué, je ne pouvais que gagner.

Luc ( moqueur) : Cher Papa, j’ai l’impression que le bonheur t’égare…

Gabriel : tatata… écoutez plutôt : 31 10 20 15 2 9 ! Alors ?

Sonia : Alors quoi?

Gabriel : Le 31 octobre 2015, premier jour de ma mise à la retraite, après 29 ans de service au lycée général de Stenay ! J’ai bien mérité de gagner, non ?

Luc : Vu comme ça….

Gabriel (l’interrompt et hausse le ton)… Parce que les stenaisiens, vous comprenez, je les ai tous eu en classe : les parents, les enfants. Dès que je sors dans la rue, c’est pour serrer des mains, à en avoir des cales à la main droite ! Surtout en cette période de fêtes de fin d’année…Et bonjour par-ci, et bonne année par-là…

Sonia : Mais Papa, c’est normal, les gens sont polis, et puis, tu es un peu, comment dire… un personnage historique ?

Gabriel (calmé) : en fait, le problème, c’est Laurence Paccard, la buraliste, une bavarde celle-là ! Déjà, en classe, j’avais du mal à la faire taire, alors vous pensez, maintenant !

Sonia : Quoi, maintenant ?

Gabriel : Mais c’est chez elle que j’ai joué à l’euro million, toute la ville va le savoir , ils vont tous défiler ici, vous allez voir ! A commencer par le Directeur du Crédit Agricole !

Luc (narquois) : C’est certain ! Ensuite, il y aura le facteur, les éboueurs, les sapeurs-pompiers …

Gabriel : Ah ça non, par exemple, ils sont déjà tous passés en décembre… heureusement que je n’ai pas gagné le mois dernier. J’aurais eu l’air de quoi, en donnant 10 euros pour leurs calendriers ?

Sonia : D’un radin, Papa. D’un radin.

Gabriel : Bon, de toute façon, le radin met la clef sous la porte. C’est vrai qu’ici, l’herbe est plus verte que partout ailleurs, mais le ciel ! Le ciel il est aussi plus gris que partout ailleurs. Hier, je suis allé à Reims, choisir un camping-car, la Rolls des camping-cars, je l’aurai dans 10 jours .

Luc : Mais… tu as horreur de conduire !

Gabriel : Un camping-car, ce n’est pas pareil, on domine la route. Et puis… je pars m’installer dans un camping à Imiouadar, au nord d’Agadir.

Luc : Imiouadar ?

Gabriel : Vous n’avez pas vu le 20 heures sur FR3, lundi dernier ?

Luc et Sonia : Ah non ….

Gabriel : Eh bien , ils ont montré un reportage sur un camping extraordinaire ! Rien que des clients belges et français ! Tout le confort, coiffeur, kiosque à journaux, piscine, installateur d’antennes paraboliques… et une sécurité mes enfants ! Des gardiens partout, des murs hauts de 5 mètres !

Sonia (moqueuse) : Pour empêcher les clients de se sauver ?

Gabriel : Tu peux te moquer! Mais tu seras bien contente de venir en vacances!

Et puis… c’est sympathique, tout le monde se tutoie, tout le monde se connaît …

Luc ( il l’interrompt) : Oui, comme à Stenay ?

Gabriel le foudroie du regard.

Sonia : Cette fois, moi, je n’ai rien dit..

Gabriel (il continue) : et le souk, vous verriez cela, une merveille ! Des aubergines à 30 centimes le kilo…

Sonia : Papa, tu as horreur des aubergines !

Luc : Et qu’est-ce que cela peut te faire, le prix des aubergines? Tu es riche à présent, non?

Gabriel : (souriant) C’est que je n’ai pas encore l’habitude .

Sonia : (conciliante) Ne t’inquiète pas, Papa, tu verras, tu t’y feras vite.

Geneviève Mansoux.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *