Or, le groupe de reconnaissance de la 4e DB canadienne arrive à la lisière du village le matin du 19 août Pendant deux jours, les Canadiens commandés par le Major Currie vont tenter de couper les ponts qui enjambent la Dives.

La pression des troupes allemandes en retraite est pourtant terrible: à plusieurs reprises, les positions canadiennes sont submergées. Les chars tournent en rond les uns derrière les autres et se couvrent mutuellement avec leur mitrailleuses, repoussant les fantassins allemands qui les escaladent pour les faire sauter. Malgré tout, les Canadiens résistent et gênent considérablement le repli allemand. Aujourd'hui, un belvédère est disposé à l'entrée ouest de la ville, d'où les Canadiens lancèrent leurs assauts en direction du pont.

Situé au coeur de la poche allemande, Tournai fut le théâtre du calvaire des civils et de la défaite allemande. Puis après bien des négociations et un long périple sur le champ de bataille, il réussit à obtenir la reddition de Allemands auprès d'un officier Canadien dans ce qui va devenir la "cour de la reddition".

Défense Sud-est. Aujourd'hui fût une journée spéciale pour le régiment! Armée de Terre Commandement des S. C Défense Sud-est Ville d'Issoire. Cet après-midi, la fanfare a participé à la remise des prix du concours de la résistance et de la déportation à la préfecture de la Drôme.

Après le concert de vendredi dernier à Nîmes, deux personnels de la fanfare étaient présents le dimanche 12 mai pour la cérémonie de commémoration de la bataille de la Horgne Ardennesoù ont combattu les Spahis en Sekcje tej strony.

Nie teraz. Informacje o danych w statystykach strony. Souvenir de cette soirée mémorable à Lyon! Quells prestation pour le gouverneur militaire de Lyon hier!

Une grande partie des soldats de la brigade put passer en Grande-Bretagne, où elle se reconstitua une seconde fois, cette fois-ci sous une forme très élargie sous le nom de 1e Division Blindée. Fin juilletelle débarqua sur le front de Normandie, où depuis le 6 juin, les Armées Alliées se battent déjà. Les soldats polonais commencèrent leur retour en Pologne par une participation très remarquée à la célèbre et sanglante bataille près de Falaise, aux côtés des Alliés.

Les soldats polonais portaient un uniforme de coupe anglaise, mais ils avaient leurs signes distinctifs traditionnels, l'aigle blanc, emblême de l'Etat, sur les bérets et sur le bras gauche une patte d'épaule noire, creme anti rides 33 ans 2014 à l'ensemble de la 10e Brigade de Cavalerie Blindée par le Général SIKORSKI, comme insigne honorofique pour ses hauts faits d'armes durant les deux premières campagnes.

L'insigne de la Division, porté sur la manche gauche et peint sur les véhicules, se composait d'un casque et d'une aile, stylisés, portés par les célèbres chevaliers de la cavalerie polonaise, qui jadis, sous le roi SOBIESKI, écrasaient les Turcs sous Vienne.

Fidèles aux traditions nationales, la Division marchait de bataille en bataille. La tragédie de la guerre l'avait condamnée à lutter loin de sa terre natale.

La dernière étape des luttes de la 1e Division Blindée, était la participationà la Libération de l'Europe, de la France, de la Belgique, de la Hollande.

Regimental value meaning

Le 21 aoûtles Armées Alliées, et parmi elles, la 1e Division Blindée Polonaise, terminaient la mise en déroute des troupes de la 7e Armée Allemande encerclée près de Falaise et passaient à leur poursuite. En quelques jours, on força la Seine et la Somme; le 5 septembre, des tanks de la 1e Division Blindée prenaient d'assaut la ville de Saint Omer et se trouvaient le soir même du jour près de Blaringhem.

Le lendemain, comme nous l'avons dit au début, la 1e Division Blindée était en Belgique. La bataille pour la Belgique ne constituait pas une opération séparée, et du point de vue purement militaire, elle était la suite des opérations entreprises sur le territoire de la France. Mais du point de vue de l'aspect politique et historique, elle avait une très grande importance: encore un pays libéré des hitlériens.

Et pour les soldats de la 1e Division Blindée, ils n'étaient pas indifférent qu'à ce même moment, sur le lointain front de l'Est, les Armées Soviétiques avec les Unités Polonaises qui luttaient à leurs côtés, avaient déjà libéré la moitié de leur Patrie et qu'elles continuaient à avancer victorieusement.

Les Polonais qui se battaient à l'Ouest comprenaient que leur retour à une vie normale, leur retour dans leur Patrie, dépendaient d'une fin rapide de la guerre sur tous les fronts. Ils poussaient donc de l'avant en redoublant d'énergie. Les opérations de poursuite de l'ennemi se développaient en direction de Ypres. A la tête de la Division marchait le 10e Régiment de Chasseurs à Cheval, qui surprise, conquit et occupa deux passages sur le Canal d'Ypres.

Ils brisèrent ce jour même la résistance allemande sous Frezenberg et les Chasseurs à Cheval atteignirent la région de Zonnebeke. Entretemps, les tanks de la 10e Brigade de Cavalerie Blindée contournèrent Ypres comme des serpents d'acier et la prirent dans un étau. La 3e Brigade des Chasseurs - deuxième échelon de la Division- attaqua la ville de front et en direction de l'Ouest, profitant de cette situation et la ville fut prise après une lutte courte mais violente.

Au cours de cette lutte, les troupes polonaises firent une habile manoeuvre, forçant la garnison allemande à déposer les armes, malgré qu'en l'attaquant elles ne se servirent pas une seule fois de l'artillerie, ce qui évita des pertes sanglantes et inutiles à la population.

n°782 LA PARTICIPATION des POLONAIS à la Libération de la Belgique en 1944

Ypres fut libéré après quatre années et demi d'occupation hitlérienne. Le 9e Bataillon des Chasseurs se distingua tout spécialement dans cette bataille. Les habitants de la ville accueillirent leurs sauveurs avec une grande joie et très chaleureusement.

Dans le livre commémoratif qui se trouve à l'hôtel de ville, il y aà la date du 6 septembrecomme souvenir éternel de cet événement, une signature apposée par le Commandant de la 1e Division Blindée Polonaise: le Général Stanislas MACZEK.

La lutte continuait. Le 7 septembre, ce fur le 10e Régiment des Chasseurs à Cheval qui recommença la lutte en opérant des reconnaissances de la défense de Roulers, Hooglede et Gits.

Au cours des combats, les Chasseurs à Cheval firent environ 50 prisonniers, détruisirent deux chars blindés et 14 canons anichars, mais ils eurent eux-mêmes des pertes en hommes et en chars. Près de Gits, le peloton du 1er escadron du 10e Régiment des Chasseurs à Cheval se distingua tout particulièrement. Le peloton, composé de trois tanks, avançait justement de l'Ouest vers la petite ville, quand des hitlériens ouvrirent sur lui le feu de leurs canons antichars.

Un des tanks polonais fut détruit. Prenant complètement l'ennemi par surprise, il fonça en avant avec ses tanks à toute vitesse et passa comme un ouragan à travers Gits, écrasant sur son chemin avec les chenilles de ses chars d'assaut, les soldats ennemis et leurs armes.

Regiments co za dzien

Il se fraya un chemin à la limite Est de la localité, puis il tourna vers les champs et, en décrivant un large arc de cercle, il rejoignit son escadron. Il y eut beaucoup d'épisodes comme celui-ci - exemples d'héroïsme et de dévouement - concernant l'activité des unités polonaises. Après avoir reçu le rapport des éclaireurs, le Commandant de la Division envoya à l'attaque de Roulers, la 3e Brigade des Chasseurs, et vers Hooglede, le groupement du 2e Régiment Blindé.

The doctors tv cellulite deux journées de combats - du 6 au 7 septembreétroitement liées aux noms des deux localités - Ypres et Roulers - apportèrent au 9e Bataillon la glorieuse dénomination de " Chasseurs des Flandres "ainsi que la fourragère de la Croix de Guerre Belge.

Le 8 septembre, la Division continuait sa poursuite et, vers le matin, elle se trouvait dans la région de Thielt et de Ruysselede, où les Allemands avaient organisé leur résistance. La bataille de Thielt se déroula en deux phases. D'abord, la ville devait être prise par le 24e Régiment de Uhlans, une compagnie du 8e Bataillon de Chasseurs, un groupe d'artilleurs antichars et un groupe du 21e Régiment d'Artillerie Motorisée.

Il fallait donc créér un nouveau détachement, renforcé par le 8e Bataillon de Chasseurs, au complet. En même temps, le 10e Régiment de Chasseurs à Cheval contourna la ville et l'attaqua du Sud. Ce fut décisif. La deuxième phase fut heureuse: on arriva à prendre la ville de Thielt le 8 septembre dans l'après-midi. Simultanément, le groupement du 2e Régiment Blindé attaquait Ruyselede, défendue avec acharnement par l'ennemi, et la lutte se prolongeait.

Par conséquent, le Chef de la Division décida de renforcer ce groupement en y ajoutant les effectifs du 1e Régiment Blindé et du 8e Bataillon de Chasseurs qui avaient entre temps terminés la conquête de Thielt.

La garnison allemande fut forcée d'abandonner ses positions et subitde très lourdes pertes. Le chemin de la retraite des hitlériensde Ruysselede était littéralement jonché de cadavres d'hommes, de chevaux et de débris de matériel.

Il fallait maintenant à tout prix, le jour même, s'emparer du passage du Canal de Gand à Aeltre. Mais ce groupement ne put s'approcher des positions allemandes au bord du canal. On n'arriva pas à prendre ces positions. La défense hitlérienne était trop forte. On peut considérer qu'à partir de ce moment - l'arrêt de la Division sur le Canal de Gand - la phase de poursuite entreprise par la 1e Division Blindée était terminée, phase qui durait depuis la région de la Seine, et pendant laquelle la Division d-faisait en moyenne 50 km.

Ce changement de situation était dû à deux circonstances: en premier lieu, il n'y avait plus les larges étendues du Nord de la France, propices aux manoeuvres rapides d'opérations effectuées par des divisions blindées. On se trouvait maintenant sur le terrain des Flandres, terrain bas, marécageux, avec une population dense, et avant tout, entrecoupé d'innombrables rivières petites et grandes, de canaux et d'inondations.

En deuxième lieu, l'ennemi avait eu le temps de reprendre haleine après sa défaite en Normandie: il avait amené en Flandres un certain nombre de nouvelles unités et il avait passé à une résistance toujours plus serrée et organisée, en utilisant toutes les valeurs défensives du terrain.

Le 9 septembre fut une journée de nettoyage de la région où se cachaient les débris de l'armée ennemie; on fit beaucoup de prisonniers. En même temps, la 3e Brigadede Chasseurs s'apprêtait à forcer le Canal de Gand puisqu'on n'avait pas réussi son passage par surprise. Cette oprération commença le soir sur un étroit secteur, exécutée par des forces du Bataillon de Podhale, appuyéespar le feu de deux régiments d'artillrie et par des mortiers de brigade.

Warszawianka (1831)

Cette attaque fut faite dans des conditions très dures. Le Canal, qui avait deux bras coulait entre des parois très profondes avec regime wet wet jokes murs verticauxtellement hauts qu'il avait fallu descendre les soldats dans leurs barques à l'aide de cordages.

Ces barques en caoutchouc, d'une personne ne furent fournies à la brigade qu'au nombre de 15 et de là, la décision prise de ne forcer le front que par un seul bataillon. Les prisonniers affirmèrent que le commandant du bataillon - un SS - avait abattu pendant la nuit une quinzaine de ses soldats qui manifestaient le désir de fuir. Bien que les Chasseurs de Podhale réussirent à forcer le premier bras du canal, il sne furent pas en état de conquérir le deuxième, derrière lequel se trouvait la principale position de l'ennemi.

Sa compagnie eut environ trente morts et blessés. Le jour se levait. Le feu de l'ennemi devenait de plus en plus intense. Le Commandant de la Brigade donna alors l'ordre à ses hommes, du Bataillon de Podhale, de se retirer sur le premier bras et de se retrancher sur les anciennes positions allemandes, puis il se mit à réorganiser l'attaque.

A ce moment arriva l'ordre du Commandant d'Armée d'abandonner les préparatifs. La 1e Division Blindée reçut de ce fait l'ordre de relayer avec une partie de ses effectifs, la 7e Division Blindée et de terminer la Libération de Gand.

Et avec une autre partie, d'avancer en direction de Saint-Nicolas. Pour relayer la 7e Division, la 3e Brigade de Chasseur fut renforcée par le 24 Régiment de Uhlans et par l'artillerie. La 10e Brigade de Cavalerie Blindée partit vers Saint-Nicolas, pour nettoyer le terrain de cette région des troupes ennemies, entre le Canal de Gand et l'Escaut.

Le 11 septembre, dans l'après-midi, la 3e Brigae de Chasseurs motorisés entra dans la ville de Gand, acclamée avec enthousiasme par la population et elle relaya des unités britanniques qui occupaient des positions dans la partie Nord de la ville. Mais le temps manquait pour des manifestations d'amitié.