Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens.

Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire un Glass-Steagall contre les spéculateurs. Mettons-le en place, comme à la Libération! Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade Actions politiques et citoyennes entreprises au minimum! La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.

Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement. Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique. Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

Des points relais de colis lourds à la ferme pour diversifier les Voir tous. Le lablab, une solution exotique de diversification. Coopérative : petit détour dans les Alpes. Agriculture : Communiquer efficacement! La MSA inaugure son nouveau site angoumoisin. Des essais pour des apports plus efficients. Proximité et service de qualité aux adhérents.

Une traite de qualité et optimisée.

Self-made man, patron secret, homme de réseau... Qui est Jacques Servier ?

Fermes ouvertes : un bon cru ! Réunion intercantonale MSA : bilan mitigé et inquiétude. FR portail réussir le groupe nos titres Boutique réussir.

Actualités Elevage Machinisme Productions végétales Magazine. L'intensité des accrochages armés, qui requiert une présence de tous les instants; la crainte de tomber en terre étrangère sous les balles d'un tueur; et la méfiance que lui inspirent des puissances qu'il connaît mal - sa seule tournée hors d'Afghanistan le conduisit, enau Pakistan - et dont il n'attend rien.

Il est vrai que les maîtres du "monde libre", Etats-Unis en tête, ont négligé le rebelle méconnu. Pour preuve, cette anecdote renversante: sollicité par un grand network d'outre-Atlantique, le journaliste Christophe de Ponfilly organise à grand-peine la venue d'une présentatrice vedette, laquelle annule tout in extremis.

Man rides tsunami video

Motif invoqué: Massoud ne parle pas anglais. Sous-traitant régional de l'aide américaine, le Pakistan a pu, avec l'aide des Saoudiens, abreuver d'armes et de dollars son protégé Hekmatyar, lequel en fit l'usage que l'on sait. Avant d'épauler les taliban, longtemps assurés de la bienveillance de Washington Un hôte prévenant mais secret Il faut, dans le bourbier afghan, des nerfs d'acier.

Posé, réfléchi, Ahmad Shah n'a jamais joué les matamores. Au point de paraître parfois hautain. Mais, à l'évidence, il détonnait aussi par sa maturité.

Trente ans après, l'intéressé n'a pas oublié cet enseignant, aujourd'hui proviseur d'un lycée héraultais. Impressionné, je me suis plongé dans les manuels. Un an plus tard, je donnais des cours d'algèbre à mes camarades. Hommes ou femmes, les médecins, universitaires et journalistes, tous français ou peu s'en faut, qui l'ont croisé aux temps héroïques de la lutte contre les chouravi - les Russes - le dépeignent sous les traits d'un hôte prévenant mais secret.

Machinalement, je lui ai tendu la main, ce qui l'a plongé dans l'embarras. En notre présence, il restait sur son quant-à-soi. Un soir, pourtant, alors que Laurence et son amie Capucine de Bretagne rédigent leur courrier, la porte de la maison s'ouvre. Bien sûr, nous discutions parfois à la veillée. Ainsi, il voulait tout savoir de la couverture sociale des pauvres et des handicapés en France.

Mais jamais rien de personnel. Il arrive pourtant que la guerre empiète sur la sphère privée. Quand, par exemple, Capucine doit évacuer vers Peshawar Pakistan plusieurs membres de la famille du chef, blessés lors d'un bombardement soviétique.

Ce fut une expédition homérique. Pudique, fidèle aux usages afghans, l'Amir Sahib parle peu de son foyer. On sait tout juste qu'il a épousé une villageoise du Panchir, fille d'un homme de confiance envoyé depuis lors en mission dans la province du Khorband. Et que cinq héritiers sont nés de cette union: un garçon de 10 ans prénommé Ahmad, si fier de parader de temps à autre dans le sillage paternel, et quatre fillettes. Fils d'un colonel de l'armée afghane, Ahmad Shah est lui-même le troisième mâle d'une riche fratrie.

L'aîné a mystérieusement disparu au Pakistan, victime, selon la rumeur, des séides de Hekmatyar. Gendre de Rabbani, Ahmad Zia - le frangin préféré - joue les hommes d'affaires en Inde, là où le benjamin de la tribu suit des études chaotiques.

Quant aux deux autres, ils ont choisi la diplomatie. L'un dirige l'ambassade afghane à Londres; l'autre occupe les fonctions de deuxième secrétaire à Varsovie. Parmi les siens, l'austère Massoud tombe le masque.

Un de ses émissaires rentre de Paris? On l'invite à raconter Pigalle ou les dernières blagues, fort peu coraniques, inspirées du "Monicagate". Si le patron lit à voix haute, peu avant un assaut, tel poème paru dans Payam modjahed, journal ronéoté, il ne se prive pas au passage de chambrer un religieux. De même, un visiteur peut sans crainte s'étonner de son destin paradoxal d'étudiant en architecture dont les lois de la guerre firent non un bâtisseur, mais un semeur de ruines.

Loin de s'offusquer, Massoud éclate de rire. Plus question, "faute de temps et d'espace", de jouer au football avec les "moudj"; oubliés, le karaté et le cheval. Bien sûr, il reste les bouquins. Voilà deux ans, quand il fallut évacuer Kaboul, Ahmad Shah a rapatrié les volumes de sa bibliothèque dans le Panchir. Car il a soif de culture. En juilletl'historien Mike Barry 2 vint lui présenter à la faveur d'une soirée diapos l'exposition vouée aux splendeurs de Herat Ouestjoyau de l'art médiéval afghan.

Vénéré ou craint, l'homme au pakol reste accessible. On le consulte, on l'érige en arbitre des querelles intimes. A l'étéChristophe de Ponfilly et l'ancien député Bertrand Gallet, deux vétérans des équipées afghanes, furent témoins de cette scène insolite.

Déboussolé, un vieux paysan implore Massoud de sermonner son fils au nom du Coran. C'est que le gaillard, épris d'une autre, refuse d'épouser la fille qu'on lui destine. Ahmad Shah écoute, puis, invoquant à son tour le Prophète, prononce d'une voix apaisante un plaidoyer en faveur de la liberté et des élans du coeur. L'étroitesse des liens tissés ainsi est à la fois une immense force et l'aveu d'une faiblesse.

Car "l'Aigle du Panchir" - cette métaphore animale lui sied mieux que celle, consacrée par l'usage, du lion - délègue peu et règle en solitaire jusqu'au plus infime détail logistique. Et surtout ne pas siéger derrière un bureau. Quand j'inspecte une position, j'examine d'abord la cuisine, je vérifie la propreté des marmites. Puis l'état des armes: sont-elles bien entretenues ou pas? Les commandants ne peuvent rien négliger. Par nature, Massoud déteste le laisser-aller. Attentif à son image, il s'habille avec élégance.

Ses uniformes favoris? Au choix, le très afghan perahan tonban, longue chemise de drap sur un pantalon bouffant; ou, plus souvent, une tenue fort civile: chemise de bonne coupe, pull de cachemire gris clair made in London, parka de peau et velours côtelé enserré dans des rangers noirs.

Quant au pakol, il se porte penché sur l'oreille droite, voire, dans les rares moments de relâchement, sur l'arrière du crâne.

Ainsi, le fragile édifice de la résistance repose sur un seul homme. Qu'il disparaisse et tout peut s'effondrer. Rien ne lui échappe. Pas plus le nerf de la guerre que sa conduite. Dans l'étroit bureau tapissé de cartes du QG panchiri, non loin de la maison héritée de son père, Massoud déballe un à un les sachets d'émeraudes entassés dans un attaché-case.

Puis, l'humeur badine, il les soumet aux experts chargés d'estimer la valeur des pierres, donc le montant de la taxe prélevée sur les ventes. Bien sûr, le procédé d'extraction manque de raffinement: ici, les chercheurs d'or vert dynamitent la roche avant de faire le tri. Mais le négoce des gemmes, lui, se modernise. Pour preuve, la visite en novembre dernier, puis en ce mois de janvier, de deux courtiers polonais familiers des lieux. Engagé sur tous les fronts, civils et militaires, Ahmad Shah veille tard, dort peu, et parcourt au pas de charge les champs de manoeuvre du Nord-Est, survolant sans préavis, l'oeil aux aguets, des reliefs dont il connaît chaque repli.

Méga-contrat ferroviaire au Nigeria : la Chine tient ses promesses

Si le Bonaparte du Jamiat se défend d'aimer la guerre, il goûte la compagnie des grognards. Quinze ans après, ce médecin de l'AMI se souvient encore du savon reçu pour avoir giflé en public un soldat blessé, saisi d'une crise d'hystérie: "Il ne faut pas agir ainsi.

Ce gars est un héros. Entre chien et loup, au pied d'un poste avancé, Massoud improvise parfois une séance de tir. La cible: une pierre blanche à mi-pente de cette colline minée. Pour briller aux yeux de l'Amir Sahib, les moudjahidine se coudoient comme des gamins à la Foire du Trône. Pourtant, sous les taliban comme sous les chouravi, quand plane le spectre de la défaite, le grand frère écarte les tièdes. Il réunit alors ses hommes et leur dit ceci: "Cette bataille sera terrible.

Si vous la redoutez, si vous vous sentez las, rentrez à la maison. Que ceux qui restent sachent que la mort les attend peut-être. Fort de son pedigree de fils d'officier, le jeune Ahmad Shah tente dès de recruter des gradés. Sans grand succès, convient-il volontiers. En fait, Massoud n'a jamais étudié le métier des armes. Il a tout appris sur le tas ou dans les livres. Ses maîtres? Islamiste révolutionnaire, l'autodidacte aura aussi médité les maquis du FLN algérien et la théorie du foco - foyer insurrectionnel - chère à Che Guevara.

Mais uniquement sur le terrain militaire