S'inscrire pour commenter. Articles Recents 10 raisons d'adopter la culotte menstruelle. Lâchez-nous la vulve!

Posté le : août 9, Catégories : SanteLifestyle. Vous les avez peut-être vues passer, elles se multiplient depuis quelques mois : Les tendances loufoques autour de la vulve. La maquilleuse de la marque en plein ravalement du pubis. Ce bâton de rouge à grandes lèvres pour sceller le vagin. Laissez un commentaire Nom : Commentaires : S'inscrire pour commenter Sign in.

Les baisers, les caresses, la proximité des corps dans le couple peuvent se trouver altérés par cette volonté de fuir le rapport sexuel. Le couple prend de la distance au niveau sexuel et même affectif. Nous ne parlons pas ici des troubles, irritations et syndrome génito-urinaire, qui ne font que compliquer encore les rapports sexuels. Ce sont elles qui assurent ce rôle puisque le vagin est dépourvu de glandes. La prise de certains médicaments comme les psychotropes ou une origine purement psychologique peuvent également exister à un âge beaucoup plus jeune.

Cette muqueuse est plus sensible aux inflammations et les infections urinaires sont plus fréquentes plus de 3 par an. La femme se plaint de brûlures génitales, de sécheresse, de douleurs au port des sous-vêtements, les rapports sexuels sont désagréables voire douloureux, obligeant souvent le recours à un lubrifiant.

Il en résulte un inconfort quotidien et une baisse de la qualité de vie. Dans les semaines qui suivent un accouchement la diminution du désir sexuel liée aux douleurs pendant les rapports sécheresse vaginale, épisiotomie est bien plus importante que celle attribuable au baby blues.

Depuis quelques années les traitements de restauration vulvo-vaginale se font de plus en plus nombreux. Cette molécule est la même pour tous les organismes vivants, de façon parfaitement identique.

Botox levres seches linge

Elle permet la restauration du volume dans lequel elle a été insérée et compense les volumes perdus. Cet acide hyaluronique est suffisamment souple mais aussi suffisamment consistant pour résister aux forces de pression et tractions exercées. Elle débarque maintenant dans nos culottes avec les tampons aux herbes. Ce sont des petits sachets en tissu, commercialisés sur Internet, contenant des herbes parfumées censées prévenir l'endométriose et les problèmes vaginaux, nettoyer et "détoxifier" l'utérus.

Botox levres vulvaires normales

Très en vogue aux États-Unis, cette pratique est pourtant très risquée. Le docteur Jen Gunter a également réagi à cette tendance sur son blog. Ils n'ont pas besoin d'aide à moins qu'ils aient un problème et qu'ils vous le signalent par des saignements, des démangeaisons, des douleurs ou une odeur", écrit-elle. Après les tampons aux herbes, certaines femmes sont prêtes à aller encore plus loin, utilisant des méthodes "naturelles" pour prendre soin de leur vagin.

Depuis quelques mois, l'utilisation de nids de guêpes en fait partie. Rassurez-vous, il ne s'agit pas d'insectes vivants, mais d'une pâte à base de larves de guêpes qui doit être appliquée sur le vagin dans le but de "le raffermir, le régénérer et lutter contre les mauvaises odeurs".

Mais cette méthode comporte de véritables risques sanitaires. Cela peut aussi être néfaste pour les bonnes bactéries. En plus d'augmenter la douleur pendant les rapports sexuels, cela peut augmenter les risques de transmission du VIH ".

Encore un conseil à ne pas suivre de Gwyneth Paltrow. L'actrice, gourou du lifestyle, recommande aux lectrices de son site, d'utiliser une sorte de sauna vaginal. Elle parle d'une technique qui consiste à envoyer de la vapeur dans le vagin pour le "nettoyer". Mais là encore, elle s'attire les critiques de la communauté scientifiques qui reprochent à cette méthode son inefficacité et surtout ses potentiels dangers.

D'autant plus que la vapeur n'est pas bonne pour le pH du vagin. On le répète : nettoyer l'intérieur de son vagin est inutile, voire néfaste pour l'équilibre de la flore vaginale. Un excès d'hygiène peut donc être nocif.

Pour se laver, certaines femmes utilisent un ustensile médical appelé poire vaginale, qui injecte du savon ou de l'eau dans le vagin pour le nettoyer. Mais cette pratique est fortement déconseillée par les médecins, qui craignent pour l'équilibre du pH dans le vagin.

Le risque est de supprimer les bonnes bactéries, comme les lactobacilles, ce qui favoriserait l'apparition de mycoses.